L’engagement sociétal des entreprises

Dans le contexte des crises actuelles – sanitaires, sociales et écologiques –, l’engouement autour de l’impact est réel, tant chez les entreprises, les financeurs, les acteurs publics, qu’au sein de l’opinion publique, mais l’absence de consensus sur ce qu’est l’impact et la façon dont on le mesure, peut désorienter l’action des acteurs de l’économie.

 

L’IMPACT TANK a réuni une trentaine de dirigeants d’entreprises et d’organisations professionnelles, associations, chercheurs spécialistes et décideurs publics et privés, afin de poser des référentiels partagés entre tous les acteurs et co-construire une méthode de développement et de mesure de stratégies d’impact à l’échelle des entreprises.

Télécharger le Rapport

Les entreprises et l'engagement sociétal
Télécharger le Rapport

Envoyer le lien du document à l'adresse :

Préface de Olivia Grégoire, Ministre chargée des Petites et Moyennes Entreprise, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme

Nous faisons face à des défis majeurs.

Les effets de notre modèle sur le climat, l’environnement et la biodiversité, sont devenus irrémédiables d’après le récent rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), même dans l’hypothèse d’une limitation de la hausse des températures à 1,5°C comme fixé dans l’accord de Paris. Ce défi climatique a des implications sociales, que la pandémie hier, l’inflation des matières premières aujourd’hui, et la crise de l’énergie demain, sont venus encore renforcer. Si la France a su faire face, elle est confrontée, elle aussi, à la menace d’une hausse des inégalités : inégalités de revenus, certes, mais aussi inégalités d’accès au logement, à la santé, à l’éducation, à la culture pour toutes et tous. Le problème dépasse largement nos cadres conceptuels habituels. Si l’Etat a démontré qu’il était capable de faire tampon, en particulier lors du récent confinement de notre économie, les conditions exceptionnelles de ce moment – et les conséquences qu’il entraîne désormais – rappellent aussi que l’État ne peut pas agir seul. C’était d’ailleurs cette réflexion qui avait conduit, dès 2017, à repenser le rôle de tous les acteurs à ses côtés : citoyens, société civile, entreprises. Ces dernières, par l’effet de leurs activités sur l’économie, l’emploi et le territoire, sont devenues des piliers de l’égalité des chances, de la protection de l’environnement, de la lutte contre le changement climatique, rejoignant les rangs des acteurs de l’économie sociale et solidaire, commerçants et artisans, associations et entrepreneurs à impact.

Les entreprises françaises sont nombreuses à s’engager, et cette année beaucoup ont passé le cap du statut d’entreprise à mission introduite par la loi Pacte de 2019. D’autres renforcent leur RSE hier réduite aux activités de compliance, vers des logiques de transformation volontaire, collaborent davantage avec les acteurs du territoire, développent de plus en plus de stratégies d’impact, tournées vers l’effectivité écologique et sociale de leurs actions.

Mais l’absence de définition partagée sur ce qu’est l’impact et comment on le mesure, peut rapidement nous conduire vers une impasse. Il faut un nouveau consensus entre les acteurs financiers, la société civile, les entreprises et les pouvoirs publics pour renouveler notre ambition. Un consensus à la hauteur de l’urgence sociale et écologique, à un moment où l’agenda européen est une opportunité pour construire le leadership français de l’impact : directive CSRD, devoir de vigilance européen, proposition de règlement sur la performance environnementale des produits et des entreprises, taxonomie sociale…

Ce rapport de l’Impact Tank permet de faire l’état des lieux des pratiques autour de l’impact sociétal des entreprises et impulser ce nouveau consensus que j’appelle de mes vœux entre acteurs privés et pouvoirs publics, en faveur d’une ambition commune de l’engagement sociétal des entreprises, et d’une nouvelle culture de la mesure d’impact. Car l’appropriation des défis de notre temps par les entreprises, passera par la mesure de leur impact sur tous les territoires et pour toutes les parties prenantes, de l’utilisation des matières premières jusqu’à la fin de vie des produits.

Introduction

Partagez cette publication sur

[et_social_share_custom]
Découvrez d’autres publications

Partagez cette publication sur

L’innovation sociale par la preuve