Par Impact Tank | Evènement | 06/22/2022

Encouraging social innovation in Europe, from research to action

Vendredi 11 février 2022, l’IMPACT TANK a organisé une conférence intitulée Encourager l’innovation sociale à l’échelle européenne, de la recherche à l’action.

Pendant trois heures, 10 chercheur·euse·s spécialisé·e·s et décideur·euse·s publics européen·ne·s ont réfléchi aux moyens de promouvoir l’innovation sociale.

Découvrez les 8 messages clés à retenir de leurs interventions, ainsi qu’une synthèse détaillée des échanges !

1. Les chercheur·euse·s doivent continuer à étudier les caractéristiques spécifiques de l’innovation sociale pour construire, avec les décideur·euse·s publics européen·ne·s, une définition commune de l’innovation sociale.

L’ensemble des intervenant·e·s s’est accordé à définir l’innovation sociale comme une réponse nouvelle à des besoins sociaux non-satisfaits ou mal-satisfaits. Ils et elles ont ensuite enrichi cette définition en ajoutant un critère de réponse aux enjeux environnementaux et en mettant l’accent sur l’importance du processus de co-construction d’une innovation sociale.

Jürgen Howaldt (Université Technique de Dortmund, Allemagne) a ajouté que l’innovation sociale demeure un sujet de recherche récent qu’il est nécessaire d’approfondir.

Thierry Sibieude (ESSEC Business School, France) et Frank Moulaert (Université Catholique de Louvain, Belgique) observent un intérêt global grandissant pour l’innovation sociale et défendent la nécessité de construire un langage commun.

2. Le champ de l’innovation sociale doit aussi inclure les mouvements sociaux et les initiatives citoyennes pour participer à l’empowerment de la société civile.

Les interventions ont mis en évidence le rôle clé, pourtant sous-estimé, des citoyens dans le développement des innovations sociales. Anna Seravalli a présenté l’approche de design participatif qu’elle utilise au sein du laboratoire Design and Innovation for Sustainability, à l’Université de Malmö (Suède), comme un moyen d’apprendre, d’expérimenter et de favoriser le changement.

« Les systèmes alimentaires locaux ont été marginalisés par les institutions parce qu’ils sont considérés comme étant opposés à la technologie. C’est en co-créant de nouvelles connaissances et de nouvelles données avec les parties prenantes que nous avons pu démontrer que les circuits-courts alimentaires font partie de l’avenir. »

 Yuna Chiffoleau (INRAE, France)

Amélie de Montchalin, Ministre française de la Transformation et de la Fonction publiques, a présenté l’Accélérateur d’Initiatives Citoyennes, dispositif conçu pour soutenir et mettre à l’échelle les innovations portées par la société civile en leur apportant les ressources nécessaires (financement, expertise et synergies avec les administrations publiques).

3. Favoriser l’innovation sociale signifie créer des espaces et développer des compétences pour mener des expérimentations collaboratives.

« Le plus grand défi avec les initiatives participatives est le fait qu’elles fassent émerger de nouvelles logiques. […] Dans le laboratoire DESIS de l’Université de Malmö, nous travaillons à donner un espace aux acteurs marginalisés, souvent réduits au silence. »

 Anna Seravalli

Les intervenant·e·s ont partagé la volonté de Jürgen Howaldt de créer des infrastructures telles que des laboratoires d’innovation sociale afin de fournir un lieu et le soutien institutionnel nécessaires à l’expérimentation.

Yuna Chiffoleau recommande la mise en place d’une « recherche-action participative afin de créer de nouvelles données et connaissances pour évaluer et mettre en œuvre collectivement les innovations sociales ».

Selon Frank Moulaert, « la recherche-action en innovation sociale consiste à reconstruire et solidifier les relations sociales autour de l’entraide mutuelle : en reconstruisant la collaboration et le soutien ».

4. L’Union Européenne dispose d’un rôle clé pour soutenir et coordonner l’innovation sociale pour l’ensemble des pays membres.

Risto Raivio, expert auprès de la Commission Européenne, a présenté les objectifs du Fonds Social Européen (ESF+) et s’est exprimé sur le besoin de mettre en œuvre d’autres programmes européens abordant explicitement l’innovation sociale et ses enjeux.

« La Commission Européenne est en train d’adopter une nouvelle réglementation pour encourager chaque Etat membre à promouvoir l’innovation sociale, à construire des écosystèmes, à s’impliquer dans des programmes, etc. »

 Risto Raivio

Pour Jürgen Howaldt, « la transformation écologique et numérique de l’Union Européenne doit être alignée sur le concept de l’innovation sociale : nous avons besoin de politiques publiques sur l’innovation sociale qui soient axées sur des missions ».

5. L’Union Européenne doit capitaliser sur les enseignements des innovations sociales et œuvrer à leur mise à l’échelle.

Les intervenant·e·s ont mis en avant le nombre important de projets de recherche européens dédiés à l’innovation sociale mais ils et elles ont souligné un manque de coordination entre les différentes parties prenantes et des lacunes en termes d’application des conclusions par les gouvernements. Risto Raivio a indiqué que l’Union Européenne a adopté une nouvelle série de mesures axées sur la mise à l’échelle et la réplicabilité des initiatives prometteuses et ouvert unappel d’offres sur ces enjeux.

« Nous finançons actuellement des centres de compétences au niveau européen pour promouvoir l’écosystème de l’innovation sociale et le renforcement des capacités, et, récemment, nous avons ouvert le Fond Européen Catalyseur pour l’innovation sociale (ESCF). »

 Risto Raivio

6. Tout innovateur et innovatrice social doit évaluer et travailler à améliorer son impact social.

« Dans le secteur social, il existe une tradition de mesure de l’impact dont le secteur financier peut s’inspirer. […] L’évaluation de l’impact social d’une activité est un moyen de rectifier la stratégie d’une organisation et d’allouer efficacement des ressources pour accroître son impact. Pour cela, la mesure d’impact doit être intégrée dans le processus de prise de décision. »

 Lisa Hehenberger (Esade, Espagne)

« L’innovation sociale consiste à renforcer la capacité de nos sociétés à agir et j’estime qu’il est important d’évaluer leurs transformations. »

 Gorgi Krlev (Université de Heidelberg, Allemagne)

Dans ce sens, Jürgen Howaldt a mis l’accent sur la nécessité d’échanger autour des moyens disponibles pour renforcer l’impact des innovations sociales.

7. Il est essentiel de travailler sur les données dans le cadre de la mesure d’impact.

Gorgi Krlev a mentionné les obstacles qu’il a rencontré lorsqu’il a tenté de construire des indicateurs de mesure d’impact : « L’une des principales difficultés que nous avons rencontrées est le manque de données disponibles permettant d’évaluer comment l’innovation sociale améliore concrètement le bien-être de la société. C’est un défi que nous devons relever et les décideurs et décideuses publics peuvent jouer un rôle clé ».

A titre d’exemple, Amélie de Montchalina présenté le Baromètre des résultats de l’action publique en tant qu’outil permettant de garantir la transparence et l’efficience de l’action publique. Le baromètre évalue le changement apporté par les politiques publiques, sur différents enjeux et dans chaque territoire français.

Enfin, si les intervenant·e·s considèrent la mesure de l’impact comme nécessaire, ils et elles identifient un risque de standardisation. Lisa Hehenberger estime que « le choix des indicateurs doit dépendre du secteur, de la problématique et du groupe bénéficiaire ».

8. L’innovation sociale incite à innover dans les formations proposées aux étudiant·e·s.

« Afin d’encourager l’innovation sociale, les nouvelles formes d’éducation (l’apprentissage mixte, le travail en ligne, les stages, le bénévolat et l’apprentissage par l’expérience) doivent être internalisées en tant que pratiques permettant d’intégrer les étudiants dans les organisations. […] Ils ne mettent pas seulement en pratique de nouveaux savoirs dans un environnement bienveillant, mais contribuent à la résolution de problèmes et développent leurs compétences entrepreneuriales. »

 Carmen Paunescu (Université de Bucarest, Roumanie)

Thierry Sibieude ajoute : « Lorsque vous enseignez l’entrepreneuriat social, vous devez avoir une approche pratique, ce qui constitue un défi pour les universités qui se concentrent sur la recherche ».

Partagez cette publication sur

Découvrez d’autres publications

Partagez cette publication sur

Découvrez d’autres articles

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

L’innovation sociale par la preuve